Forum GuildCraft
Bonjour et bienvenu sur le forum GuildCraft !

Nous sommes encore actuellement en construction, les topics ne sont pas a jour !
Nous vous remercions pour votre compréhension...

[ELGENROW] Rapport de millice guénaris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ELGENROW] Rapport de millice guénaris

Message par Sky le Dim 12 Fév - 18:15

Chers frères guénaris,

Je rentre en ce moment de mes recherches mené par delà la frontière de l'ancien royaume de Mercantar.
J'irai tout d'abord droit au but, pour éviter de laissé tout espoir se joindre a la douleur que le mal a déjà engendré !

Nous n'avons retrouvé personne !

Croyez moi mes frères !
Un triste sort que pour les guénaris.
A peine arrivé au porte de l'ancienne citadelle fortifié nous vîmes des corps inerte longeant le sol.
Ils était nombreux, très nombreux... Tous atteint de ce mal, sans exception !
Tout d'abord en arrivant, nous avions pris soin d’enterré les victimes dont la chair pourrissait littéralement au soleil.
Cela nous a pris des heures et des heures a creuser la terre, nous n'étions pas équiper pour une tel besogne...
Aussi nous avons jugez bon de faire une fausse commune, car aucun des ces corps n'était identifiable, et que de tout façons, gisait probablement a leur coté les seul capable des les identifier.
Après de longue heures de labeur, nous vîmes le soleil prendre lentement congé de nous.
A la tombé de la nuit, nous avions établie un campement de fortune. Au dessus de la palissade Est, nous avions une vue imprenable, cela nous conférait un avantage stratégique en cas d'invasion de creepers.
Micha, me fit remarquer que dans notre état de choc, nous avions oubliez de chasser pour nous nourrir, cependant nos rations de survie était suffisante pour tenir encore 2 jours. Après quoi nous aurions besoins de nous séparer en deux groupe.
L'un affecter a la chasse, l'autre a notre mission principale de retrouver des rescapé en terre guénarite.

"Je n'aime pas l'idée de devoir scindé le groupe, nous devrions rester ensemble, il en va de notre survie.
Ici, les créatures pullule depuis qu'il n'y a plus de garde pour les chasser, et si nous ne somme pas tous ensemble on divise par deux l'éventualité de s'en sortir vivant
."

Nous discutâmes avec Micha pendant toute la nuit, d'un plan pour effectuer les recherche par périmètre sécurisé, tout en se garantissant que les membres affecter a la chasse soit eux aussi dans notre champ d'action, afin de pouvoir agir rapidement au cas ou l’ennemie en viendrait a nous submergé.

Une fois le plan clairement inscris dans nos têtes, nous désignâmes Paul pour la première veillé, car même si les lieux était fort calme pour une nuit sur Larmantis, nous n'étions pas a l’abri d'un raz de marré monstrueux pour autant.

Au matin, c'est le feu crépitant qui me réveilla, ce crétin de Walter dormait quand a lui..
Je compris que je n'avais ni fait mon tour de garde, ni Micha que je devais réveillé après le mien.
Walter allait passer un sale quart d'heure, et une bonne semaine au trou pour nous avoir fait prendre un tel risque.
Seulement aujourd'hui nous avions du boulot, donc je décida d'en référer au patriarche dés notre retour dans la capital d'Elgenrow.

Nous allions aujourd'hui exploré l’intérieur de la citadelle, puis marché en direction de son mur nord pour y établir notre campement.
L'équipe de Micha a été affecter a la chasse, et Paul et moi nous préparons a explorer le charnier suivant...
A peine arrivée a hauteur d'une des rue, le cauchemar !

On pouvait voir depuis les fenêtre des maison, des corps pourrir dans leur salon.
Les rue était bondé de morts, rien ni personne ne semblait avoir été épargnés.
Comme nous étions dans la citadelle, pour éviter la propagation de l'infection, et vu nos moyens rudimentaire, il était normal que nous passions a l'étape supérieur : La purification par le feu !

Paul alla chercher du bois, je pris la décision de me charger du bucher.
Nous allumâmes un feu sur la place principal, celle qui faisait face a l’église de Mercantar.
Nous avions un peu honte de faire cela là, mais les dieux ne nous laissait guère le choix, si bien qu'on était en droit de se demander si ils était toujours avec nous..

A environs 300 foulé par delà les murailles de la citadelle, Micha et Walter semblais bien s'en tirer, nous entendîmes leur crie de joie, au loin, annonciateur de bon repas pour ce soir, cela nous remontait comme une femme en tant de guerre.
soudain, un autre crie se fit entendre.
C'était Walter, je pouvais distingué aussi le sifflement de Micha, nous devions rappliquer et vite !
Avant d'arrivé sur place, une explosion retenti, puis une seconde, puis une troisième...
Je cria WALTER, MICHA.
Mais aucune réponse...
Nous étions a une 20aines de foulés, ils ne pouvait pas ne pas entendre !
En se rapprochant du l'endroit ou ils était, je distinguais des lambeaux de chair, l'un d'eux appartenant a Walter.
Micha lui, avait été complétement désintégré par l'explosion, il nous fallait rapidement regagné la citadelle, si on voulait pas finir comme eux.
Paul eut le réflexe de s'emparer des morceaux de porc restant de ce qu'il avait chassé, et nous courûmes jusqu’à la citadelle.

De retour a la citadelle, Paul sous le choc ne me semblait pas en état de travailler.
Aussi lui conviais-je 3 paires de baffes lourdement envoyés sur la figure.
Il était au sol, le corps recroquevillé sur lui même, pleurant comme n'importe qui l'aurait fait dans une tel situation.
Tout en lui infligeant des coups de pied dans l'estomac, je lui tenu un discours moraliste:

- Paul, lève toi, c'est un ordre !
Nous somme des chevalier bon sang, pas de simple soldat, nous devons nous relever tant qu'une étincelle de vie brule en nous.
Lève toi Paul, je te l'ordonne !
Plutôt te tuer de mes propres mains que de te laissé ici comme ça, dans cet état !

C'est là que Paul c'est relevé comme un véritable guérrier.
Il sécha ses larmes, je ne pouvait pas montré de faiblesse, sinon nous courrions droit a la mort.
Et je lui donna l'ordre d'aller chercher des corps afin que nous les brulions.

Moins de deux heures après, le soleil disparaissait a nouveau, et il nous fallait encore établir le campement que nous avions oublions de monter auparavant.
Cette fois ci, c'est du haut de la palissade Nord que nous passerions la nuit.
Nous savions que le nord par son épais brouillard et ses fortes zone d'ombres était enclin a nous exposé à un plus vaste risque.
Seulement un autres genre de peste est venu semé le trouble en plein milieu de la nuit.
Nous ne nous attendions en aucun cas a cela, certes nous savions qu'il était possible au creepers et autres monstres de venir dans les villes, mais ce n'était pas cela qui provoquait ces bruit de pas et ces beuglement étrange derrière nous.

Comme javait décider d'entamer le premier demi de veille pour éviter qu'une erreur ne se reproduise, je me dépêcha de réveiller Paul, en lui disant qu'on nous étions en alerte maximum, et qu'il devait se tenir prèt a tirer.
Il banda son arc en direction de l'horizon, quand il me vit, fixant l'intérieur même de la citadelle, un bruit lui fit comprendre qu'il se trompais de direction.
Ils était là, juste devant nous a quelque mètres plus bas.
Ces hommes, ces femmes, et ces enfant que nous n'avions pas eu le temps de brulez, était là gesticulant, remuant leur membres, la plupart se tenait même debout et avançait péniblement.
Nous nous regardâmes un instant Paul et moi, abasourdis, choqué ou que sais je, par un spectacle aussi morbide qu'impensable.
Des humains dont j'avais clairement identifier la mort, ne semblais plus l'être.

Nous étions confronté a un désastre incroyable, cette peste qu'est le mal, nous avait non seulement ravagé, mais en plus de cela, elle avait fait de nous des immortels, des immortels mais a quel prix ?
Un chien domestiquer qui sembla reconnaitre son maître accourue vers l'un de ces mort marchand, soudain c'est toute la masse qui déferla sur le pauvre animal en le croquant comme une pomme.

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, l'animal avait disparue, même pas un os de la bête aurait pu attester de sa triste histoire, ils avait dévoré cet animal comme un ban de silverfish l'aurait fait.

Enfin, nous ne pouvions rien faire, prit de court et bloquer entre ces monstres et l'horizon nordique, il fallait se résoudre a attendre en espérant ne pas se faire remarquer.
Au matin, nombre d'entre eux prit feu, les rayons du soleil venait encore une fois nous sortir des ténèbres, et celui ci nous réchauffait autant le cœur que le corps et l'esprit.

La missions touchait a sa fin, non seulement elle était un échec total, mais en plus nous avions perdu deux membre de la chevalerie guénarite.
De toute façons, aucun homme n'aurait pus survivre dans de tel conditions.
Aussi je décida de lever le camp une bonne fois pour toute, Paul avait l'air moins abattue pour l'occasion, sans doute le soleil et la bonne nouvelle de rentré au bercail.

En bas, comme a notre arrivées, les cadavre était a nouveau allongés.
Ils semblait nous berner, ce foutre de nous comme si nous n'étions pas au courant de la nuit passée.
Malgré cela, si il est vrai que l'importance de les bruler complétement m’effleura l'esprit, je ne pouvait prendre le risque de faire échoué complétement la missions en disparaissant sans laissé de traces.
NON !

Il fallait que l'on en parle, il fallait laissé un message au autres, il faut que le monde voit ce qui s'est passé ici, peut être d'autres pays ont il découvert les même atrocités, nous devons revenir a la citadelle de Falcomir.

Je savais qu'un jour nous reviendrions avec du renfort pour faire ce qu'il faut, mais pour l'instant l'heure était a la survie !



3 Jours plus tard.

Nous avions passé le col montagneux de Braskaria, nous pouvions déjà voir au loin, les couleur rougeâtre coloré a l'horizon.
C'était le pénitencier, avec ses tranché de lave scintillante qui nous faisait signe.
(Qui aurait cru qu'un jour ce pénitencier me ferait un effet aussi bénéfique a sa vue)
Nous approchions du pénitencier de Portanklos, encore 1 jours de marche pour atteindre la citadelle de la capital, le courage suivait nos pas et nos épée taillais le chemins.
A mis chemins, je compris que je venais de faire une erreur monumental.
A jamais mon expérience de chevalier en sera atteinte.
Les herbes haute qui jonchait le chemins le plus court aurait du me faire tilter plus tôt !
Mais c'est Paul qui en payas le prix, explosant tout les herbe a la ronde, comme si nous étions dans un véritable nid a creepers.

L'explosion me souffla littéralement hors des herbes.

C'est alors que je me suis réveiller dans cette cabane de bois.
Un foyer apparemment alimenter depuis plusieurs jours réchauffait la pièce.
J'était loin de me douter que ce chalet qui m'était familier était celui de Breshka, le vieux geôlier.

A mon réveille, peu après que Breshka apparut et me fis gouter a sa tambouille immangeable, qui pour l'occasion me rempli l'estomac comme jamais je n'avais osé le faire avec des met bien plus fin. je décidait de levé les voil, malgré mon état critique/
Je me souviens de cette phrase qu'il dit en me voyant mangé cette répugnante chose :
- Mon petit, jamais aucun hommes n'as osé mangé la soupe a breshka, mais toi tu m'as l'air d’aimer ça, alors je m'en vais t'en resservir.
(J'avais hésiter a lui dire qui j'étais, et exiger des excuses pour m'avoir appelé petit, mais vu la situation, l'heure n'était plus au querelle interne)

Pour finir, j'ai pris une barque en direction de la capital, arrivée a Arpencil, j'ai même pris le Rail-O-Port, tellement mes jambe me faisait mal.
Enfin j'arrivais a la citadelle d'Elgenrow, là le patriarche Steinman me convia a Sir Sky, qui me remit d'aplomb en peu de temps avec son alchimie.
Maître Sky se mit également a retranscrire immédiatement l'histoire, que je viens de vous comptez.

Aujourd'hui a Elgenrow, nous ne somme plus que 4 survivant du mal.

Je me prépare déjà pour de nouvelles missions de recherche. Maître Sky a dit qu'il viendrait avec moi si il en as l'occasion.
Il m'as aussi convier son familier, Rookie un loup domestiqué a qui il appris quelque sort de soins.

C'est donc décider, Micha, Walter, Paul demain je pars pour chercher de nouveaux survivant du mal !
Je ferait a jamais honneur a vos sacrifices, afin que jamais il n'est été fait en vain !

Sir Sean, Chevalier de la garde royale d'Elgenrow




Par Sir Sky d'Elgenrow en Middleworld
avatar
Sky
Administrateur
Administrateur

Messages : 771
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 34
Localisation : Bruxelles (c'est en belgique une fois)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guildcraft.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ELGENROW] Rapport de millice guénaris

Message par mouillai le Dim 12 Fév - 19:55

Quel incroyable récit ! J'en ait la larme à l’œil... une telle force morale... Les pirates devraient en prendre exemple... A-t-il fait d'autres recherches ? Est-il toujours en vit ?


Cordialement, Aymlarret
Journaliste et Rédacteur en Chef approuvé, du MyakiTimes
Noble Yakizu





Gloire au Myaki, que Raïjin veille sur vous , que votre route soit sans encombre et paisible
avatar
mouillai
Noble
Noble

Messages : 391
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 20
Localisation : Derrière toi.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum