Forum GuildCraft
Bonjour et bienvenu sur le forum GuildCraft !

Nous sommes encore actuellement en construction, les topics ne sont pas a jour !
Nous vous remercions pour votre compréhension...

Les Archipels du Nemeroth - Récit d'un pirate.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Archipels du Nemeroth - Récit d'un pirate.

Message par Pemat le Dim 29 Mai - 19:22

-Notes-
Moi, Bhaltaïr Foulque, ai pris la décision de faire le bref recueil de témoignages, de lettres
ou de mémoires concernant nos chères criques que forment les Archipels du Néméroth.
L'exactitude a été recherchée mais elle n'est guère assurée. Les informations que j'ai récoltées
datent et ont probablement due être modifiées au fil du temps.









A notre chère patrie,








-Les Archipels du Néméroth -

Les Archipels du Néméroth forment la région la plus maritime du Larmantiss. Cette contrée a officiellement été découverte par les hommes de Sigbert I d'Elgenrow, six mois après le commencement de ces « Grands Sondages », qui marquent le début du calendrier de notre monde.
Cependant, celle-ci a toujours été connue des Nains. Ils eurent, d'ailleurs, plus ou moins son contrôle grâce à la situation favorable du Bentomïr qui est le seul pays limitrophe du Néméroth.
N'ayant aucune notion en navigation, les Nains laissèrent ces archipels à l'abandon. La tentative de conquête de 234 après les Grands Sondages par les Yakis, qui voulaient être à la tête du Larmantiss, se révéla être une guerre chaotique et sanglante. Voici quelques courriers que des soldats eurent envoyés à leurs proches.
La plus révélatrice du désespoir qui régnait dans l'armée du Bentomïr pendant cette période est
celle de Bardin Notrok du clan Räsbrock :

Ma famille aimée,
Mes proches adorés,
Aujourd'hui cela fait deux nuits que je passe dans notre camp de l'Ouest. Dans quelques jours je
serai sûrement mort ! Ce que je vous demande, à toi, en particulier mon cher père, c’est de rester
fier. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui y sont passés avant moi. Car j'aime mon
peuple ! J'aime les Nains !
Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c’est que ma mort serve à
quelque chose. De mon côté, nous nous préparons à une grande offensive ennemie. Cette bataille
déterminera ce que je vais advenir. Depuis que j'ai pris les armes, un bon nombre de mes
semblables ont été tués, capturés ou bien exécutés par l'ennemi. Ces gredins manient le sabre
avec excellence, ce qui contraste avec la discorde qui règne dans notre régiment. Je ne sais pas ce
qu'il en est de mon frère Loklin, car lui a été envoyé à l'Est. Nous ne nous verrons certainement
plus, hélas!
J'espère que ma lettre n'a pas été endommagée, car je sais que Grand-Mère veut connaitre ma
situation. Je vous ai fait envoyer une pépite d'or, trouvée en chemin, dont, je l'escompte, vous
ferez bon usage.
A toi, petite Mère, si je t’ai fait, ainsi qu’à Père bien des peines, je te salue une dernière fois. Saches
que j’ai fait de mon mieux pour suivre l'éducation que tu m'as enseignée. Un probable dernier
adieu à tous mes amis, mes cousins et à ma sœur que j’aime beaucoup. Qu’elle reste sage pour
devenir dans quelques années, une femme d'importance.
Vingt printemps, c'est bref !
Je n’ai aucun remords, si ce n’est de peut-être jamais vous revoir.
Maman, ce que je te conjure, ce que je veux que tu fasses, c’est d’être forte et de surmonter ton
chagrin.
Courage!
Bardin.




Les Nains vainquirent les yakis. Ces derniers furent chassés par le peuple du Bentomïr qui s'était soulevé cinq jours auparavant. C'était une extraordinaire victoire pour les Nains. Voici le court rapport d'un soldat Yaki :

Il y a désormais deux jours que je suis revenu du combat. On m'a dirigé vers une colline
Yakienne, elle est d'ailleurs magnifique et surplombe toute la plaine au Sud du territoire. Sur
celle-ci un marécage, de nuit magnifique, mais les premiers rayons matinaux me firent observer
l'absence d'eau, pourtant élément majeur dans un marécage. Non, il ne s'agissait pas d'eau... mais
de sang. Les corps avaient été jetés dans la rivière Kawa. Notre armée avait-elle battu en
retraite? On m'a confirmé que nous avons perdu la guerre. Les Nains nous ont chassés ! Nous, le
peuple du Miyaki, pourtant béni par les Dieux !

Ce jour resta à jamais encré dans la culture Némérith ou même Bentarienne. Une majorité
des soldats vainqueurs élurent domicile dans les Archipels. Au cours de
cette guerre qui avait duré quinze ans, la plupart des hommes apprirent
la navigation car ils avaient dû ruser pour envoyer l'ennemi chez lui.
On les appela pirates, à cause du nomadisme qu'ils avaient grâce à
leurs bateaux.
Aujourd'hui, les Archipels du Néméroth forment une
ethnie à part entière. D'abord peuplée par des Nains, ce territoire
nouveau donna à certains guénaris l'envie d'y immigrer.
Cet état est donc riche de cultures toutes différentes mais qui réussirent tout de même à coexister.
Les pirates ont commencé à se sédentariser, ils occupent désormais des maisons bien souvent
sur pilotis. Le Miyaki a tenté plusieurs fois de conquérir les
Archipels, mais les pirates ont toujours su repousser les menaces. Les
deux nations n'ont toujours pas conclu d'accords par rapport à leur
mésentente.
Dorénavant, le calme et la prospérité règnent plus ou moins sur la contrée. Les Némériths vivent bien souvent de la pèche et vendent leurs poissons dans le Larmantiss entier.
Ils sont de parfaits marchands d'où l'expression «poisson du Néméroth, grosse cagnotte !».

Ne possédant guère la main verte, les pirates (car on a gardé cette appellation) se limitent à la
culture de cannes à sucres, hautement abondantes dans la région.
Celles-ci regorgent de sucre que les Némériths distillent pour la
fabrication, restée artisanale, du Rhum. Ce précieux liquide est la plus
grande motivation des quelques Guénaris qui continuent d'immigrer dans
les Archipels.

Les pirates ont fondé leur gouvernement sur l'armée, ceci dû au fait que certains Yakis
en quête de vengeance attaquent, au moins bi-annuellement, le « Pays du Rhum ».

L'amiral Svengi Drapnowski
d'origine naine est à la tête des pirates. Ses commandants sont
déterminés par leurs grades sachant que pour pouvoir débattre au sein du
Conseil des pirates il faut avoir atteint au minimum le grade de
Capitaine de frégate. Jusque là, ce système porte très bien ses fruits
et joue un rôle décisif lors des attaques ennemies.


Cap. Balthaïr Foulque
Du Sirena-Cante




avatar
Pemat
Visiteur
Visiteur

Messages : 219
Date d'inscription : 17/02/2011
Age : 22
Localisation : Manoir du Patriarche, Arkania.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum