Forum GuildCraft
Bonjour et bienvenu sur le forum GuildCraft !

Nous sommes encore actuellement en construction, les topics ne sont pas a jour !
Nous vous remercions pour votre compréhension...

[Récit] L’Épopée extraordinaire d'Asmothé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Récit] L’Épopée extraordinaire d'Asmothé

Message par Sky le Dim 3 Avr - 14:45

L'épopée D'Asmothé le juste


"Nous, humains d'Elgenrow en middleworld, avons connu la grande guerre et avons vaincu les engeances des seigneurs obscures du netherworld !

Asmothé le juste, vers toi vont nos prières, et que les âmes de tout "Larmantis" préservent le souvenir de leur sauveur, comme celui d'un héros parmi les hommes devenu éternel parmi les dieux."

Atüm érectis ! "Erectis Atüm"

Peuple de la grande, la resplendissante, citadelle d'Elgenrow, ici même vous est retransmise, depuis les méandres obscures du temps, l'histoire merveilleuse d'Asmothé le juste, fils de Sigebert Ortenwood, deuxième du nom, roi légitime et fils de Sigebert Ier père fondateur d'Elgenrow.

Au jour de la rupture des synergies cosmiques de Larmantis, les portes indestructibles des autres mondes se rouvrirent subitement sur nos terres.
Le mal et ses engeances malfaisantes venaient de réapparaitre, et avec elles soufflait un vent de terreur sur nos contrées fleurissantes.
Les engeances gagnaient du terrain sur nos troupes et malgré l'armée invincible du grand roi Sigbert, les monstres continuaient d'affluer de toutes parts, attaquant hommes, bêtes, enfants et parfois même violant nos filles et nos femmes..
Nous perdîmes de nombreux valeureux, et quelques grands chevaliers de notre redoutable force.
Le roi Sigbert fit alors appel à la guilde des guerriers, celle dont il avait été autrefois le maitre.
Mais même les forces triplées de par leur nombre n'essuyaient que des échecs. On repoussait des hordes de monstres, et il en revenait toujours, et de plus en plus.
Un jour les Arkaniens, ce peuple de mages, des jardins flottants décidèrent de venir en aide à la lutte pour la protection du monde de Larmantis.
Une force de plus ne pouvait être refusée dans la situation actuelle des choses et le roi vit d'un bon œil cet acte honorable de la part de ces non-humains.
Ils étaient probablement décidés à nous prouver qu'ils méritaient eux aussi le titre d'habitant de "Larmantis" même s'ils étaient finalement que des non-humains !
La lutte continua pendant près d'un demi-siècle et la bataille, qui était minime au départ, devint très vite une guerre impitoyable que l'on surnomma dans tout Larmantis "La Grande Guerre".
Car depuis l'ouverture des portes, les destins de nos pays semblaient tous tracés au souffre et nous rapprochaient chaque jour un peu plus de notre fin.
Malgré cela, une chose restait très étrange. Les seigneurs si puissants et redoutables qui auraient pu balayer nos troupes ne se montraient toujours pas. Les monstres attaquaient certes, mais
sans que le gros des forces de l'ombre ne fit son apparition, et le roi se demandait pourquoi ils n'attaquaient pas. Lui qui arrivait bientôt en fin de vie s'inquiétait pour la première fois.
Et il avait raison de se méfier du loup qui dort, même si la relève du trône, et par la même celle de la protection de Larmantis, connaissait déjà le nom de son successeur.
Le prince Asmothé était alors âgé de trente-six ans, et c'était un chevalier hors paire qui rivalisait sans problème avec les plus grands champions de la cour.
Bien des membres de la guilde des guerriers le vénéraient pour sa force et sa façon de chevaucher qui ressemblait à s'y méprendre à celle de son père.
C'est alors qu'arriva le malheur, le jour le plus obscure de notre histoire, où les portes des mondes se mirent à bourdonner en même temps créant sous nos pieds des tremblements inégalables.
C'était les seigneurs des ombres, et leur légions personnelles qui arrivaient sur notre belle "Larmantis".

Mais Elgenrow bien décidé à ne pas céder la moindre parcelle de terre à ces créatures venues de l'autre monde, restait impassible et sur le pied de guerre, prêt à bondir sur l'ennemi.
On pouvait admirer, tout autour du champ de bataille, les tranchés pleines de chevaliers, l'épée à la main, posant fièrement pour une dernière étreinte avec le mort du haut de leurs destriers resplendissants.
Quand le premier assaut des légions mortes passa la porte principale, les premières troupes se précipitèrent au galop comme un torrent se jette sur les côtes de nos rivages pour rivaliser dans son ascension avec les pics les plus élevés.
Un oiseau de brume nous était alors parvenu, c'était les mages qui nous envoyaient un message en provenance d'Arkania la cité des jardins flottants, il disait que d'ici quelque jours...
Le Haut conseiller Talmuran et ses disciples arriveraient en zeppelin pour parler au roi en personne.
Le roi pressentit que la discussion devait être très importante pour que Talmuran en personne se déplace dans de telles conditions.
Et pendant ce temps dans le combats de deux géants sur le champ de bataille, on pouvait distinguer depuis les hauteurs une épaisse fumée, c'était la terre qui se transformait en poussière sous le galop de nos vaillants chevaliers, rendant leur arrivée presque invisible aux yeux de la légion morte.
Tout à coup, un bruit assourdissant retentit dans le ciel. On aurait dit comme milles éclairs fracassant les cieux et prêt à scinder le sol dans une seule frappe. Un courant lumineux ascendant fit son apparition et la lueur qui brillait en sa source devenait de plus en plus blanche jusqu'à ce qu'il nous soit impossible de garder l'œil ouvert.
Bien des chevaliers de notre armée, saisis par l'impact, perdirent la vie au cours de cet événement et d'autres, qui étaient plus éloignés, perdirent la vue à tout jamais, quant à nous qui étions retranchés sur les côtes. Jamais le soleil n'eut autant brillé, même en ces jours de grande sècheresse, et on ne pouvait voir qu'une lumière blanche qui brulait les yeux tout autour de nous. C'était comme si la brume elle-même s'était faite lumière.
A ce moment le silence s'est abattu sur le champ de bataille et on pouvait entendre le vent souffler.
Mais un autre bruit attira alors notre attention. Il y avait en provenance du champ de bataille comme un bruit de flammes crépitantes qui semblaient se répandre à une vitesse incroyable.
Peu à peu, la brume lumineuse se dissipa et on put voir apparaitre des corps inanimés laissés pour morts. Le crépitement des flammes quant à lui, était toujours présent mais avait fortement diminué comme un feu sous-alimenté s'éteint progressivement dans un bruit mourant au silence.
C'est alors que l'on aperçut les premiers cadavres calcinés, dont les cendres parfois dissimulaient l'un ou l'autre objet intact comme des souvenirs post mortem de ces victimes.
Mais le plus étrange était qu'aucun de nos soldats n'eurent été touchés par ce feu, et seules les légions mortes et les autres monstres avaient pris feu subitement après l'apparition de la lumière.
Le pouvoir des seigneurs de l'ombre venait de perdre en puissance, et la lumière du jour, qui jusqu'ici ne leur posait aucun problème, avait l'air d'être devenu leur pire ennemi et de ce fait notre plus grand allié dans la grande guerre.
Les mages qui avaient intercepté l'oiseau de brume et décodé le message d'Arkania nous expliquèrent que le pouvoir des seigneurs provenait de l'autre monde et que l'ouverture grandissante des portes avait pour but de faire passer leurs légions de morts. Ce qui leur permettrait d' utiliser l'entièreté de leur puissance sur ce monde. Ils nous dirent qu'il nous fallait impérativement attendre l'arrivée du haut conseiller pour suivre son plan car lui seul savait comment fermer les portes de l'autre monde correctement et sans danger pour Larmantis.
Mais il y avait un défaut au principe, c'est que les portes, une fois grandes ouvertes, laissaient passer tout individu d'une dimension à l'autre et ne pouvait pas être refermées avant des années.
Cette faiblesse n'échappa pas à l'espièglerie de notre bon prince Asmothé, qui décida sans un mot de passer par ces portes pour vaincre l'ennemi de l'intérieur.
Et il se mit à réunir une poignée d'hommes, et ils partirent à douze chevaliers au galop en direction des portes.
Le bon roi n'en fit informé que trop tard, lorsqu'un soldat qui faisait le guet déclara avoir vu au loin l'étendard royal d'Elgenrow qui se précipitait avec une petite élite en direction des portes.
Quand le prince arriva sur le champ de bataille, il aperçut les cadavres encore fumants de monstres qui semblaient impuissants face à la lumière du jour. Comment pouvaient-ils tout à coup être devenus sensibles à ce point au soleil.
Et qu'est-ce qu'il avait bien pu se passer pour qu'une telle lumière apparaisse de nulle part... Les questions rongeaient son esprit pragmatique et lui, qui n'était pas homme de réflexions, ne pouvait pas rester là, les bras croisés, à attendre que les réponses lui viennent.
Les douze pénétrèrent dans le NetherWorld par la porte principale qui siégeait au centre du champ de bataille. Ils y trouvèrent là un monde de désolation, fait de feu et de sang, et à mesure qu'ils avançaient, ils découvraient de nouveaux monstres plus laids et hostiles les uns que les autres.
Leur avancée était menacée sans cesse par les cris de créatures qui étaient difficiles à apercevoir à cause de l'obscurité du monde sans lumière.
Heureusement, la lave qui brulait en ces terres et les rendait infertile, produisait assez de luminosité pour percevoir le sol de magma en fusion, et créait un léger repère..
Ils allumèrent des torches, qu'ils semèrent le long de leur parcours afin de retrouver la porte par laquelle ils étaient entrés afin de pouvoir sortir au moment venu.
Nos hommes qui étaient des plus courageux de tout Elgenrow, ne savaient pas exactement ce qu'ils cherchaient, et ils savaient qu'il y avait là plus d'un seigneur à combattre et que leurs puissances en ces terres devaient dépasser l'entendement.
Nos héros finirent par trouver une forme de cristal reluisant qui semblait générer une lumière identique à celle du halo des portes et d'où partait d'infimes fils lumineux.
Les guerriers frappèrent, et frappèrent encore et encore.. Mais rien à faire, ce cristal était indestructible comme l'était les portes de transfert .
Mais le prince avait prit soin d'emporter avec lui "Luminia", la lame la plus puissante jamais forgée sur Larmantis. Elle était ornée de symboles mystiques gravés par les mages, et elle fut offerte au roi Sigebert 1er en hommage à la naissance du prince Sigebert 2 son fils unique et le père d'Asmothé.
Le prince frappa alors le cristal et il semblait réagir à la lame mais, cela ne suffisait pas pour le briser. Il eut beau essayer encore et encore mais sans succès.
Le prince se souvint alors du nom que les mages donnaient à l'épée au temps où ils vivaient à Elgenrow, "Inferno Glorian" le mot « inferno » voulait dire enflammé, en Arkanien.
Il trempa alors la lame dans la lave, par désarrois, et déception.
De toutes façons si même la légendaire « Luminia », ne pouvait détruire le cristal, alors elle et sa légendaire existence n'avaient plus de raison d'être...


Mais la lame, ne semblait cela dit pas vouloir fondre sous la chaleur de lave, et son manche se mit à reluire comme de l'or liquide. En son centre la pierre qui ornait la garde de l'épée se mit à briller elle aussi et d'un coup d'éclat, son fil tranchant s'enflamma.
Le prince prit alors une distance face au cristal de malheur et dans un élan majestueux, frappa de toutes ses forces l'objet, qui se fissura et implosa littéralement.
Dans le souffle de l'explosion une grande partie du plafond se détacha, rendant l'endroit extrêmement dangereux. Nos guerriers se mirent alors en route pour le retour, mais le plafond qui était tombé avait détruit le chemin de torches qui les guidait.
Peu a peu nos hommes prisonniers du NetherWorld succombaient aux chutes de pierres qui eurent raison d'eux.
Nul ne revint jamais de ce périple,
si ce n'est...
Si ce n'est que nos légendes racontent qu'un Chevalier serait revenu du Nether et qu'il aurait même avec lui la fameuse épée magique Luminia.
Longtemps on crut au retour du prince, qui revenait d'une mort certaine le courage comme preuve et sa vie comme témoin de ses exploits digne d'un surhomme.
Mais on dit finalement, que ce chevalier était le plus jeune d'entre tous, et qu'il s'appelait Bryan.
Il était plus connu sous le nom de « petit Brine ».
Avec le temps sa propre légende le nomma Brine le héros ! On raconte aussi qu'il aurait perdu la vue dans l'autre monde en tentant de traverser une rivière de lave à la nage...
Le roi fit étouffer la rumeur du retour de ce chevalier de peur que cette nouvelle n'affecte encore plus la santé de notre reine Narmelia qui souffrait déjà énormément de la perte de son fils.
Nous n'avions plus de nouvelle non plus des mages qui nous avaient subitement abandonné, déclarant au grand jour leurs lâchetés et leurs fourberies de minables non humains !
Il se pourrait bien qu'un jour ils deviennent nos ennemis, eux qui nous ont trahi pendant la grande guerre, mais ça ... Le temps nous le dira ...
Oui le temps nous le dira !




Récits & comtes anciens de la Bibliothèque de l'abbaye d'Elgenrow
avatar
Sky
Administrateur
Administrateur

Messages : 771
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 34
Localisation : Bruxelles (c'est en belgique une fois)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guildcraft.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum